Les news

11/12/2010

Ma partie mexicaine de casino

posté à 10h10


Les dés sont jetés!

L’ironman du Mexique se déroule sur l’île de Cozumel petit coin de paradis. Ses eaux transparentes font penser à un aquarium géant, son parcours vélo ultra plat est compliqué par les vents et son parcours à pied plat par la forte chaleur.
L’organisation typiquement mexicaine m’a agréablement surpris. D’assez bonne facture en général, des ravitaillements en suffisance et le tout dans une ambiance chaude et motivante.

Arrivé sur l’île le lundi précédent la course, j’avais suffisamment de temps pour le repérage et l’adaptation au décalage horaire. Sur le thermomètre, le mercure est trois fois plus haut qu’en Belgique au moment des derniers d’entrainements. C’est assez surprenant, mais l’adaptation ne me pose pas de problème, j’adore ces conditions!
Tous les feux sont au vert, mais jeudi alors que les sensations à l’entrainement sont encourageantes, je me sens fatigué et j’éprouve en permanence un besoin de dormir. Un petit bouton de fièvre me chatouille la lèvre supérieure et les passages aux toilettes sont de plus en plus fréquents. L’inquiétude monte, mais j’essaye de garder la tête froide et les yeux tournés vers dimanche. "Repos" devient mon mot d’ordre mais la situation n’évolue pas positivement jusqu’à dimanche.

Les jeux sont faits!

Jour J, dimanche 28 novembre 2010 : une journée pas comme les autres….remplie de bonnes et moins bonnes choses…
Le lever très matinal ne me pose aucun problème et c’est en compagnie des partenaires de club et amis que je déjeune avant de prendre la direction du plan d’eau. Je suis déjà dans la course et l’ambiance du matin est assez tendue: mélange de joie, de peur, d’anxiété, d’interrogations et de doutes.

6h40 : le départ est donné avec les PRO…une première pour moi ! Dans les pieds de Rutger Beke, comme prévu en avant course, je suis le tempo du départ avant de me mélanger les bras avec les adversaires et de finalement louper le pack qui s’envole sans moi. Le temps de réaction est trop lent, je dois me contenter d’un groupe plus lent. Rien ne sert de faire le boulot, je reste au chaud et j’attends calmement que ça se passe. Je sors de l’eau en 57’ +/- en 22ème position, 3 minutes plus lent que mon plan de course…. Je relativise : la course ne se joue pas en nata mais le rythme vélo aurait pu être influencé positivement en sortant avec le groupe de devant.
La transition est rapide et c’est parti pour les 3 tours de l’île ultra plat, chassé par les coup de balai du vent.

Equipé de mon power tap, on avait convenu avec Fabrice un wattage de 210 et 220 watts. Dès le début je m’y tiens! Je roule pas mal et en bonne compagnie, celle de Maximilian Longree. Ca tourne rond (osymetric) et le rythme est parfait pour moi. Tout le monde, ou presque, respecte les distances ... (je comprends mieux pourquoi certains savent courir très vite sur IM…).
Le 1er tour assez facile, normal puisque c’est le premier des 3. Le 2ème se corse un peu car le vent s’est levé et le soleil commence à nous colorer la peau. Le 3ème est vraiment encourageant car les jambes tournent facilement, les relances sont bonnes. MAIS arrivé au kil 150, les premiers signes d’indigestion et crampes intestinales se manifestent. Inquiétant! Je me fais violence et garde le moral, les yeux rivés sur le G705, je rentre en T2 en 4h50 pour 182kils. Good job ! Suis dans les temps.

Rien ne va plus!

La transition est rapide mais pas assez pour repartir avec Maximilien, qui part avec 50m d’avance. Mon corps est devenu schizophrène : Les jambes sont là et me pousse vers l’avant, mais le ventre lui est en vrac et me colle sur place…. Go,Go, j’essaye de zapper et de positiver les excellentes sensations. 4’05/kil voilà le tempo fixé. Jusqu’au 8, ça passe limite et puis….le chemin de croix commence. Je vous passe les détails et les arrêts obligatoires imposés par la gastro qui a décidé de ne pas laisser mes jambes en paix. Elle me suivra comme mon ombre jusqu’au 16ème kil, endroit choisi pour garer mon dossard, rempli de chagrin, de frustration et de honte !
Mes premières pensées vont à ma famille que je sais omni présente et à fond derrière moi de l’autre côté du PC. Je pense à tous ces sacrifices, personnels, professionnels et financiers réalisés pour venir courir cette dernière course de la saison.

La prochaine partie ?

De quoi sera fait 2011 ? Quelques questions restent en suspens comme celle de la catégorie de course mais un certain nombre de choses sont déjà confirmées
-Toujours avec l’ES Nanterre, ça c’est sûr! Merci les gars, merci le club, merci les amis
-Toujours à Spa avec Energytri, of course
-Toujours avec Orbea-Orca, que demander de plus ;-)
-Avec mes fidèles partenaires : Amusment Park, KeyInvest, RGF, Peintures Nickel,
-Avec des ambitions et des projets
-Avec un encadrement





Gza

 

très con mais ça me fait rire!!


Autre news:
26/05/2012 : Satisfactions
20/01/2012 : Le temps qui passe
11/05/2011 : En mode printanier
21/11/2010 : Cozumel, à nous deux ma belle !
17/08/2010 : Entre déception et réalité
19/07/2010 : La suite haute en couleur
19/07/2010 : La suite haute en couleur
30/06/2010 : c'est une belle journée qui s'achève,... une si belle journée
09/06/2010 : J-18
15/04/2010 : Les cloches ont sonnés


» Consulter les archives

RSS